Accueil » Comment de la fausse monnaie a été utilisée pour saboter une économie

Comment de la fausse monnaie a été utilisée pour saboter une économie

un faussaire a eu un impact sur la guerre de sécession en Amérique.

par johntitor
3 minutes de lecture 🕮

Samuel Curtis Upham n’est peut-être pas un nom connu en dehors des cercles d’histoire américaine. Mais ce commerçant de Philadelphie a joué un rôle très important pendant la guerre civile américaine aussi appelé guerre de sécession. Il a imprimé pour plus de 15 millions de dollars de fausse monnaie pour nuire à l’économie des États confédérés.

Un nouveau secteur d’activité très rentable

Nous sommes au début de l’année 1862, et la guerre civile fait rage depuis près d’un an. Samuel Curtis Upham possède un petit magasin à Philadelphie où il vend des parfums, des médicaments, des cosmétiques, de la papeterie et des journaux. Mais soudain, le 24 février 1862, Upham se retrouve face à ce qu’il reconnaît rapidement comme la plus grande opportunité commerciale de sa vie.

En ce jour fatidique, Upham est surpris et perplexe devant le nombre extraordinaire de clients qui se présentent dans sa boutique pour acheter des exemplaires du journal Philadelphia Inquirer. Lorsqu’il demande pourquoi tant de gens veulent le journal du jour, un client attire son attention sur la première page. On y voyait une copie d’un billet confédéré de cinq dollars, et tout le monde était curieux de voir à quoi ressemblait l’argent confédéré.

Soudain, une lumière s’est allumée dans l’esprit d’Upham. Cette photo ne serait à la une de l’Inquirer que pour ce jour-là. Mais avec un tel intérêt, il pourrait vendre des répliques d’argent confédéré tous les jours.

Il se rend bientôt dans les bureaux du journal, où il achète la plaque utilisée pour imprimer l’image du billet. Il s’empresse d’en tirer 3 000 exemplaires, et est très satisfait de les voir vendus à un penny pièce en quelques jours. En un rien de temps, Samuel Upham s’est lancé dans un nouveau secteur d’activité.

Première page du Philadelphia Inquirer, 24 février 1862

Approbation tacite du gouvernement américain ?

On prétend que le secrétaire américain à la Guerre, Edwin M. Stanton, a aidé Upham en lui fournissant des papiers de haute qualité pour billets de banque qui auraient été saisis lors d’un blocus de l’Union.

Quelle que soit la vérité, la qualité des billets d’Upham s’est considérablement améliorée et les faux se sont frayés un chemin jusqu’au cœur de la Confédération, transportés par les soldats de l’Union qui les utilisaient pour acheter des fournitures.

Dans l’esprit d’Upham, du moins au début, sa nouvelle activité consistait à vendre ces reproductions d’argent confédéré comme souvenirs de la guerre. Au bas de chaque réplique, il plaçait une note identifiant ce qu’étaient ces billets et d’où ils provenaient.

Que ce soit par accident ou à dessein, Upham a imprimé cette note sur le bord inférieur du billet, en petits caractères. Cela signifiait  qu’il s’agissait de fausse monnaie pouvait être facilement découpée. Étant donné que dans la Confédération, pauvre en technologie, des ciseaux ou des cisailles étaient souvent utilisés pour découper les feuilles de billets authentiques produites par les autorités confédérées. Ainsi dépourvu de sa note d’identification en bas, les faux billets d’Upham ressemblait à s’y méprendre aux vrais.

Les négociants en coton deviennent de gros clients

Il devient vite évident que Samuel Upham n’est pas le seul à reconnaître une bonne opportunité commerciale quand il la voit. Bientôt, il recevait des commandes en gros pour ses répliques. Il aurait fallu qu’Upham soit assez bête pour ne pas se rendre compte que ses clients ne mettaient pas seulement ses billets dans des albums en souvenir de la guerre.

On s’est vite rendu compte que chacun des billets d’Upham n’était qu’à un coup de ciseaux près capable de passer pour de la vraie monnaie confédérée, et des commerçants yankees avisés ont rapidement commencé à en profiter. Nombre d’entre eux étaient des contrebandiers de coton pratiquant un commerce illicite à travers les lignes ennemies avec les planteurs du Sud.

Au milieu de l’année 1863, les faux billets d’Upham provoquent une inflation massive dans le Sud. La situation devient si grave que les négociants en coton cessent d’accepter la monnaie confédérée et n’acceptent que l’or ou les billets de l’Union comme moyen de paiement. Il a été dit dans certains milieux que les contrefaçons d’Upham ont fait plus de mal au Sud que les généraux de l’Union et leurs armées.

cueillette de coton dans une plantation de Géorgie

Un commerce florissant de faux billets

En mai 1862, Upham pouvait se vanter dans une circulaire : ” Plus de 80 000 faux billets ont été vendus au cours des quatre dernières semaines, et on en redemande. ” À la fin du mois de mai, Upham a publié une autre circulaire affirmant que “500 000 billets ont été vendus au cours des trois derniers mois”. De façon hilarante, cette circulaire mettait également en garde les acheteurs potentiels : “ATTENTION AUX IMITATIONS DE BASE”. Upham s’inquiétait que ses contrefaçons soient contrefaites !

À l’été 1862, les billets d’Upham sont apparus en grand nombre dans le nord de la Virginie. Alors que les armées de l’Union se déplaçaient vers le sud dans des régions précédemment tenues par les Confédérés, de nombreux soldats arrivaient bien équipés de “monnaie” confédérée qu’ils utilisaient librement pour effectuer des achats auprès de la population civile.

L’opération de contrefaçon d’Upham était tout à fait légale.

Jefferson Davis avait-il raison ? Le gouvernement américain était-il derrière, ou du moins complice, de l’opération de contrefaçon d’Upham ?

Selon le Dr Marc D. Weidenmier, professeur d’économie au Claremont McKenna College, le gouvernement américain était certainement au courant qu’Upham produisait de la fausse monnaie ; après tout, il faisait de la publicité pour ses produits dans les journaux. Mais la préoccupation des fonctionnaires du Trésor était simplement de s’assurer que les contrefaçons qu’il vendait n’étaient pas de la monnaie américaine. Weidenmier dit que Upham a spécifiquement dit aux enquêteurs fédéraux “qu’il ne faisait pas de faux Greenbacks. Au contraire, il paralysait l’économie confédérée en produisant un grand nombre de faux billets Grayback qui étaient utilisés pour acheter du coton dans le Sud”. Apparemment, Upham considérait maintenant que son opération faisait partie de l’effort de guerre de l’Union.

L’enquête d’Upham est renvoyée au secrétaire à la Guerre, Edwin Stanton, qui ne constate aucune violation de la loi américaine et classe l’affaire.

M. Weidenmier note que certains historiens pensent que Stanton a subrepticement aidé Upham dans ses efforts pour déstabiliser l’économie du Sud en lui fournissant de véritables billets de banque confédérés produits en Angleterre et capturés auprès de contrebandiers.

Les NAZI utilisaient la contrefaçon pour financer les efforts de guerre

En 1940, l’Allemagne nazie a tenté d’effondrer l’économie britannique en utilisant des tactiques similaires. Les Allemands ont fait appel à des criminels pour falsifier près de 3 millions de livres sterling en 18 mois. Cependant, les Britanniques ont été mis au courant du complot et ont émis une série de mesures de sauvegarde pour protéger la livre.

Après l’échec de ce plan, les nazis ont changé de stratégie et ont décidé de fabriquer de la fausse monnaie pour payer leurs activités de collecte de renseignements.

Le nouveau plan, baptisé “Opération Bernhard”, a fait appel à des prisonniers des camps de concentration pour produire près de 300 millions de livres sterling en fausse monnaie. Une partie de cet argent a servi à découvrir les secrets de l’ambassadeur britannique en Turquie et à payer des informations qui ont permis de libérer Benito Mussolini.

Au moment où les Allemands fabriquaient leurs faux billets, les États-Unis créaient une monnaie unique pour Hawaï, appelée billets à surimpression. Ces billets ont été émis pour la première fois en 1942 et étaient destinés à garantir que si les Japonais envahissaient Hawaï, ils n’auraient pas accès à de grandes quantités de monnaie américaine réelle. Comme les billets surimprimés étaient faciles à repérer, il était simple pour les États-Unis de les déclarer sans valeur en dehors d’Hawaï. Cela empêcherait les Japonais de faire quoi que ce soit pour nuire à l’économie américaine.

Le parallèle avec notre époque via le monde de la crypto

Revenons à notre époque en 2022, toute sortes d’arnaques apparaissent ici et la, plus particulièrement dans le monde des crypto. Le manque de régulation en fait de facto un peu un FarWest numérique pour toute sorte d’escrocs pour exercer leurs activité illégales.

C’est surtout flagrant dans le monde des NFT, où certains se permettent de lancer une collection, encaisser des sommes astronomiques en quelques minutes sur des objets sous licence, breveté  et bien entendu sans l’accord des propriétaire.

Tout comme les faux billets de d’Upham , ces fausses collections NFT font le buzz sur les réseaux sociaux au point de parfois faire de l’ombre au propriétaire de la licence voir de légitimer la fausse collection. Ce fut le cas récemment avec la collection NFT de sac à main Hermès ou encore des NFT de differents Manga sans accord de l’éditeur.

Lisez notre guide pour ne plus vous faire avoir par les arnaques NFT sur OpenSea.

Le monde de la blockchain permet à tout un chacun de s’émanciper des banques mais au prix d’autres problèmes en tout genre, Ponzi sophistiqué, RugPul, Scam, Honeypot, promesse d’un stablecoin avec APY a 20% sans risque sur Terra luna ou encore certains acteurs français qui ont ruiné leur clients avec la chute d’ UST… cela fera l’objet d’un prochain article détaillé sur le sujet.

 

 

Articles Similaires

Nos partenaires

QTradingTheory est une communauté cryptos spécialisée dans la defi et les play to earn. Rejoignez plus de 5000 passionnés sur le discord !

© Copyright 2022 – CoinActuCrypto – Made with ❤️