Accueil » Goldman Sachs a testé un nouveau produit dérivé basé sur Ethereum

Goldman Sachs a testé un nouveau produit dérivé basé sur Ethereum

Il suffira d'un signe, un matin...

par wedges
3 minutes de lecture 🕮

Goldman Sachs a introduit un produit dérivé lié à l’éther (ETH) dans le cadre de l’expansion de son offre de crypto-monnaie destinée aux clients, selon un rapport de Bloomberg lundi. Alors qu’un afflux de capitaux institutionnels est entré sur le marché en 2021, la banque d’investissement a relancé son opération crypto, le cœur de ses services reposant sur des produits dérivés liés à des crypto-monnaies comme le bitcoin.

Goldman Sachs lance un nouveau produit dérivé

Selon un communiqué publié lundi, il s’agissait de la première opération de gré à gré (OTC) de Goldman sur l’éther, avec Marex comme contrepartie. Marex Solutions, la division des solutions de couverture et d’investissement de Marex, a organisé cette transaction.

Un NDF (“non-deliverable forward”) est un produit dérivé qui donne à son détenteur une exposition à un actif sans qu’il ait besoin de le détenir lui-même. Le paiement est effectué en monnaie fiduciaire et est déterminé par le prix de l’éther au moment du règlement. Pour les acteurs qui ne veulent pas gérer eux mêmes des assets cryptographiques et ne pas s’exposer à des risques de hacks ou de problème de liquidité ou autre, c’est un produit idéal.

La décision de Goldman reflète l’intérêt des institutions pour les crypto-monnaies, à un moment où le marché est toujours aux prises avec l’effondrement du stablecoin Terra USD (UST) et des perspectives macroéconomiques sombres.

Les assureurs s’intéressent aux investissements en crypto-monnaies

Dans sa dernière étude sur le secteur de l’assurance, Goldman Sachs a inclus pour la première fois des questions relatives aux cryptomonnaies. Les réponses des principaux gestionnaires d’actifs mondiaux ont indiqué une acceptation progressive des cryptoactifs en tant qu’investissements.

Selon l’enquête menée auprès de près de 328 cadres supérieurs d’organismes d’assurance, 6 % d’entre eux se sont déjà engagés dans les crypto ou essayaient de s’exposer. Ces répondants représentaient plus de la moitié des 26 000 milliards de dollars du secteur mondial de l’assurance.

Même si les crypto-monnaies n’étaient pas l’option préférée, elles se sont classées au cinquième rang, après le capital-investissement, les matières premières et les actions des marchés émergents. Étonnamment, elles ont surpassé les prêts aux entreprises, les prêts bancaires typiques, les sociétés de financement et les fonds de dette.

Néanmoins, l’enquête de Goldman Sachs révèle que les compagnies d’assurance souhaitent en savoir plus sur les crypto et l’infrastructure qui les soutient. Mike Siegel, responsable mondial de la gestion des actifs et des liquidités d’assurance chez Goldman Sachs, a déclaré :

“Si cela devient une monnaie transactionnelle, ils veulent avoir la capacité, à terme, de traiter les polices (d’assurance) en crypto. Et aussi d’accepter des primes en crypto, tout comme elles le font, disons, en dollars, en yens, en livres sterling ou en euros”.

Mike Siegel, responsable mondial de la gestion des actifs et des liquidités d’assurance chez Goldman Sachs

Le secteur des crypto-monnaies confronté à des défis réglementaires

Les banques et autres grandes institutions financières mettent en place des groupes de travail internes sur la crypto et des trading desks, en plus de développer de futurs fonds. Les grandes sociétés traditionnelles de traitement des paiements ne restent pas inactives et n’attendent pas que la technologie les dépasse : au cours du dernier trimestre, l’utilisation de cartes de crédit liées à des cryptomonnaies par Visa a atteint 2,5 milliards de dollars grâce à 65 partenaires de porte-monnaie électroniques.

La SEC pourrait se concentrer sur les plateformes d’échange de crypto-monnaies et les tokens, étant donné que le président de la SEC, Gary Gensler, a fait remarquer qu’ils s’apparentaient à des titres traditionnels et devaient respecter les mêmes réglementations. De même, la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a laissé entendre que les cryptomonnaies seraient soumises à une réglementation plus stricte. En outre, les législateurs européens viennent d’approuver un projet de loi qui rendra illégales toutes les transactions anonymes en cryptomonnaies, une mesure que le secteur de la crypto-monnaie pense entraver l’innovation, sans compter le coup porté au droit à la vie privée.

Articles Similaires

Nos partenaires

QTradingTheory est une communauté cryptos spécialisée dans la defi et les play to earn. Rejoignez plus de 5000 passionnés sur le discord !

© Copyright 2022 – CoinActuCrypto – Made with ❤️