Accueil » Kraken obtient une licence aux Emirats Arabes Unis

Kraken obtient une licence aux Emirats Arabes Unis

un exploit tentaculaire

par wedges
3 minutes de lecture 🕮

La bourse américaine de crypto-monnaies Kraken étend sa zone d’opération au Moyen-Orient et ouvrira son siège régional à Abu Dhabi grâce à la validation de sa licence pour exploiter une plateforme de négociation réglementée dans les Émirats Arabes Unis (EAU).

“Nous sommes incroyablement enthousiastes à l’idée de pouvoir nous installer au sein même de l’ADGM [Abu Dhabi Global Market] pour exploiter une plateforme d’actifs virtuels qui propose enfin des paires de Dirhams aux investisseurs de la région”

Curtis Ting, directeur général Kraken pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique

Kraken deviendra la première bourse de crypto-monnaies à offrir un financement et un échange directs en dirhams des Émirats arabes unis contre du bitcoin, de l’éther et une gamme complète d’autres actifs virtuels, après avoir obtenu l’approbation réglementaire de l’ADGM et de l’Autorité de réglementation des services financiers pour son lancement local.

Kraken, qui a été lancé en 2011 et opère dans plus de 60 pays, a déclaré que son lancement aux Émirats Arabes Unis marque une entrée plus large dans une région de plus en plus lucrative. Le Moyen-Orient est l’un des marchés de crypto-monnaies à la croissance la plus rapide au monde, représentant 7 % des volumes d’échanges mondiaux, selon Chainalysis.

Les Émirats Arabes Unis effectuent chaque année des transactions en crypto-monnaies pour une valeur d’environ 25 milliards de dollars. Ils se classent au troisième rang en termes de volume dans la région, derrière le Liban (environ 26 milliards de dollars) et la Turquie (132,4 milliards de dollars), selon les données de Chainalysis étudiées entre juillet 2020 et juin 2021.

Ces dernières semaines, Binance (voir notre article) a aussi reçu l’autorisation d’opérer à Abu Dhabi et devrait recruter plus de 100 personnes dans le pays. Un autre exchange, Bybit, a également reçu l’autorisation d’ouvrir un siège à Dubaï le mois dernier, tandis que FTX a également reçu une licence pour les actifs virtuels à Dubaï et installera bientôt un siège régional.

Mais alors que les Émirats pourraient gagner certaines des plus grandes entreprises de crypto-monnaies du monde, ils font également l’objet d’une inquiétude internationale croissante dans le domaine du blanchissement de capitaux. Des rapports récents indiquent que les sociétés de crypto-monnaies des EAU ont été submergées de demandes de liquidation de milliards de dollars de monnaie virtuelle, les Russes cherchant un refuge pour leurs fortunes, notamment au sein du marché immobilier de Dubaï, dans le contexte de la guerre en Ukraine.

Le mois dernier, le principal organisme mondial de surveillance de la lutte contre le blanchiment d’argent, le Groupe d’action financière, a également placé les Émirats arabes unis sur sa “liste grise” des pays nécessitant une surveillance accrue. Les EAU rejoignent la Syrie, la Turquie et le Panama sur une liste de pays qui, selon le GAFI, doivent faire face aux menaces de blanchiment d’argent.

Les nouvelles bourses de cryptomonnaies doivent donc montrer patte blanche, mais c’est un domaine qu’elles connaissent bien :

“Il est important pour nous de prêter attention à l’AML (politique anti-blanchiment) et aux processus de KYC (know-your-customer) ainsi qu’à d’autres questions de conformité importantes”,

Curtis Ting, directeur général Kraken

 

 

Articles Similaires

Nos partenaires

QTradingTheory est une communauté cryptos spécialisée dans la defi et les play to earn. Rejoignez plus de 5000 passionnés sur le discord !

© Copyright 2022 – CoinActuCrypto – Made with ❤️