Accueil » Le Japon clarifie le statut juridique des stablecoins

Le Japon clarifie le statut juridique des stablecoins

De plus en plus de gouvernements se préparent à réguler les stablecoins.

par johntitor
3 minutes de lecture 🕮

Au Japon, le Parlement a adopté une loi clarifiant le statut juridique des stablecoins, commençant ainsi à construire le nouveau cadre juridique pour les monnaies numériques qui entrera en vigueur d’ici un an.

Selon les rapports, la nouvelle loi adoptée vendredi au Japon définit les “stablecoins” comme des pièces numériques qui doivent être liées au yen ou à une autre monnaie fiduciaire, donnant à leurs détenteurs le droit de les rembourser à leur valeur nominale.

Il s’agit d’un premier pas du Parlement japonais vers la mise en place d’un cadre juridique approprié pour les  stables, qui entrera en vigueur d’ici un an. En fait, l’Agence japonaise des services financiers a déclaré qu’elle introduirait une législation réglementant les émetteurs de stablecoins.

En outre, la définition juridique souligne que les stablecoins  ne peuvent être émis que par des banques agréées, des agents de transfert de fonds enregistrés et des sociétés de fiducie.

La nouvelle loi ne s’applique pas aux stablecoins existantes qui sont garanties par des actifs d’émetteurs étrangers, comme Tether (USDT), ni à leurs équivalents algorithmiques. En outre, les exchange crypto au Japon ne listent pas actuellement les stablecoins.

Dès que le nouveau cadre juridique japonais pour les stablecoins sera prêt, Mitsubishi UFJ Trust and Banking Corp. semble avoir déjà déclaré qu’elle émettra sa propre monnaie stable, appelée Progmat Coin.

La banque, une unité de Mitsubishi UFJ Financial Group Inc., aurait déclaré que le jeton sera entièrement soutenu par des yens déposés sur un compte fiduciaire et garantira le remboursement à la valeur nominale.

Avec cette décision, le Japon rejoint toutes les économies qui se préparent à ériger des barrières de protection autour des monnaies stables, après l’effondrement de  l’UST sur Terra Luna le mois dernier, qui a entraîné des pertes de plusieurs milliards de dollars.

Les gouvernements se protègent des stablecoins

Face aux énormes pertes subies par les investisseurs à la suite de l’effondrement de UST et de Luna, les gouvernements ont pris des mesures pour se protéger.

Outre le Japon aujourd’hui, le Royaume-Uni vise également à anticiper, si possible et à éviter en pratique les problèmes découlant d’éventuels crash de crypto-monnaies et de stablecoins.

D’ici le 2 août, le Trésor britannique doit publier un document visant à donner à la Banque centrale britannique davantage de pouvoirs pour enquêter plus étroitement sur les émetteurs de stablecoins et améliorer la réglementation existante.

En revanche, la Corée du Sud a voulu agir plus lourdement en plaçant Do Kwon, fondateur de Terra Luna, sous le coup d’une enquête du bureau du procureur du district sud de Séoul.

Articles Similaires

Nos partenaires

QTradingTheory est une communauté cryptos spécialisée dans la defi et les play to earn. Rejoignez plus de 5000 passionnés sur le discord !

© Copyright 2022 – CoinActuCrypto – Made with ❤️