Accueil » Pourquoi les bitcoiners francophones ont-ils rencontré les autorités de la République centrafricaine ?

Pourquoi les bitcoiners francophones ont-ils rencontré les autorités de la République centrafricaine ?

Rencontre avec les responsables du pays afin d'en savoir plus sur les plans d'adoption du Bitcoin, les progrès réalisés et pour leur offrir un soutien.

par johntitor
3 minutes de lecture 🕮

Le mois dernier, la République centrafricaine a surpris le monde en adoptant le Bitcoin comme monnaie légal.  Comme ce fut le cas pour le Salvador, les “Bitcoiners” du monde entier se sont empressés de soutenir le projet. Le 22 mai, une délégation francophone de “Bitcoineurs” a atterri à Bangui, la capitale de la République centrafricaine. Pourquoi étaient-ils là ?

Pour parler bitcoin et adoption . Il y a beaucoup à apprendre et pas de temps à perdre. Il s’agit d’aider les participants à installer des portefeuilles de bitcoins  et de leur distribuer des sats et d’expliquer la différence entre le bitcoin et les autres crypto-monnaies et de répondre à la première série de questions que se pose toute personne qui interagit avec la technologie pour la première fois. Des informations très difficiles à trouver sur internet en 2022 🙂

La délégation était composée de :

Sebastién Gouspillou, président de la commission des affaires étrangères de l’économie.
Jean-Marie Cambacérès, Conseil social et environnemental de France.
Richard Détente, journaliste.
Jean Christophe Brusnel, organisateur de la conférence SurfinBitcoin.
David Oren, un militant de la vie privée.
Nicolas Burtey, PDG de Galoy
Noor, directrice des partenariats de Galoy.

Qu’a dit la “délégation” francophone aux autorités de la République centrafricaine ?

À part quelques tweets ici et là, le seul rapport dont nous disposons pour l’instant provient de Galoy , et même eux ne savent pas grand-chose :

“Ce que nous savons jusqu’à présent, c’est que la délégation a été accueillie cordialement et avec beaucoup d’intérêt. Un certain nombre de réunions avec des représentants du gouvernement et de la société civile ont eu lieu au cours de la semaine.  Des Sats ont été envoyés sur Lightning. “

Le point culminant de la semaine a eu lieu le vendredi, lorsque les “Bitcoiners francophones” ont organisé une présentation pour la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale. Il s’agit d’une organisation internationale composée de la République centrafricaine, du Gabon, du Cameroun, du Tchad, de la République du Congo et de la Guinée équatoriale.

Cet événement fait écho à celui que l’Alliance pour l’inclusion financière organisée pour les banquiers centraux au Salvador il y a une semaine. Y a-t-il quelque chose qui se prépare au niveau mondial?

De quoi ont parlé les Bitcoiners et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale ?

Devant un public de 400 auditeurs, Nicolas Burtey, de Galoy, a fait une présentation qui a mis l’accent sur le caractère unique du bitcoin et sur la façon dont il se distingue des autres crypto-monnaies. En outre, il a souligné les avantages de l’adoption du bitcoin au Salvador au cours des quelques mois qui ont suivi l’adoption de la loi sur le bitcoin. Mais également de l’inclusion financière à l’exploitation minière via des énergies renouvelables, en passant par le tourisme et les investissements étrangers, avant d’explorer l’impact positif potentiel qu’une adoption appropriée pourrait avoir sur le peuple de la République centrafricaine.

Fait notable, un représentant du FMI  a assisté à la conférence.

La conférence semble avoir eu un effet positif sur le président Faustin-Archange Touadéra. Il a récemment déclaré:

“L’inclusion financière mondiale ne peut se faire qu’en adoptant l’actif le plus dur adossé à la monnaie de l’Univers. Le bitcoin ouvrira la voie à un avenir meilleur”.

Rappelons que le président Touadéra a récemment annoncé le projet Sango, “le premier hub crypto légal reconnu par le parlement d’un pays.”

Conclusion

Au vu des acteurs présents, cela fait remonter le temps vers une époque sombre qu’était le colonialisme et la France-Afrique. Serait-on en train de revivre le même scénario en 2022 mais avec des acteurs différents et un besoin d’apporter la “civilisation”  et la blockchain à tout prix aux pays africains ? Pays qui rappelons le s’en sortent bien mieux que ceux du continent européen dans le domaine de la blockchain et de l’adoption du bitcoin (voir notre article sur le sujet ).

À noter également, selon Dr Yamb Ntimba jusqu’à 85 % des exportations d’or réalisées par la République centrafricaine sont conservées dans le trésor de la France.

Articles Similaires

Nos partenaires

QTradingTheory est une communauté cryptos spécialisée dans la defi et les play to earn. Rejoignez plus de 5000 passionnés sur le discord !

© Copyright 2022 – CoinActuCrypto – Made with ❤️